MigraLingua: aider les parents à faire le lien

Article by Patrycja Perek, traduction française Kate O'Dwyer, relecture Camille Saadé, traducción española Ana Beltrán
14 décembre 2011

Avez-vous déjà voyagé dans un pays qui vous était complètement étranger? Avez-vous tenté de demander des directions pour vous rendre quelque part et vous vous êtes alors senti complètement perdu et confus parce que vous ne connaissiez pas la langue locale? Ce ne devait probablement pas être une situation agréable. Et maintenant, imaginez-vous que vous devez vivre dans ce pays-là, et non seulement y passer vos vacances.

Ce sentiment d’insécurité est partagé par des milliers d’immigrés qui, chaque année, viennent commencer une nouvelle vie en Suisse. Dans le canton de Genève,  le plus cosmopolite de la Suisse, près de 40% de la population est étrangère. Toutefois, ce chiffre n’inclut pas les personnes sans statut légal.

Beaucoup d’entre eux luttent au quotidien quand il s’agit d’accompagner la scolarité de leurs enfants. Ils éprouvent également  des difficultés à comprendre les lois et les règlements, à accéder aux soins, et pour trouver un emploi, etc. "Cette ville est censée être très internationale, mais pour beaucoup de choses, connaître le français est essentiel," dit Lin Johnson, originaire de Chine et mère de deux enfants, arrivée à Genève depuis un an des Etats-Unis. "Nous avons surtout des difficultés avec les documents et lettres que nous recevons de la Ville de Genève et de l’école. Tout est en français et nous ne comprenons pas toujours ce qu’ils veulent que nous fassions. Nous pouvons utiliser Google Traduction pour traduire les lettres, mais la traduction n’est pas très précise. Un autre aspect concerne le système scolaire, qui est complètement différent. Donc nous avons besoin d’apprendre – où devons-nous nous rendre, pourquoi devons-nous nous inscrire? Tous les jours, nous voyons comment les autres parents viennent chercher leurs enfants à l’école et comment ils communiquent avec l’enseignant. Ils savent ce que leurs enfants doivent faire à l’école, mais pour l’enseignant, il est difficile de communiquer avec nous. La plupart du temps, les deux côtés choisissent simplement de se dire ‘Bonjour, Bonne journée’ et ‘Au revoir’."

Les sentiments de Lin vis-à-vis des défis éprouvés par les parents étrangers sont confirmés par le  GAPP, le Groupement Genevois des Associations des Parents d’Elèves au Primaire. Il réunit environ 80% des associations de parents d’élève basées à Genève. Le principal objectif du GAPP est d’améliorer la communication entre les écoles et les parents.

"La question qui revient toujours est: qu’est-ce nous pouvons faire pour atteindre les familles migrantes, pour les aider à s’intégrer dans la communauté, et pour faciliter leur compréhension du système scolaire suisse. Dans certaines cultures, comme par exemple l’albanaise, le concept de redoubler une classe n’existe pas." Donc, il ne s’agit pas seulement du problème de la barrière linguistique, mais aussi de fortes différences culturelles. Il est très important de surmonter ces obstacles parce que nous savons que plus les parents sont impliqués dans la scolarité de leurs enfants, plus les enfants ont des chances de réussir," explique Anne Thorel-Ruegsegger, coordinatrice du GAPP.

Cette volonté d’aider les familles non-francophones a mené le GAPP à collaborer avec ICVolontaires. Pour reprendre les propos de Madame Thorel-Ruegsegger,  le programme MigraLingua d’ICV est le meilleur outil pour faire le lien entre les personnes dans le besoin et les interprètes volontaires qui souhaitent apporter leur précieux soutien. Ce programme peut être la solution pour beaucoup d’étrangers à la recherche d’un appui linguistique, étant donné qu’il n’existe pas de lieu où les parents peuvent trouver toutes les informations nécessaires. "Tout ce qu’ils peuvent trouver est le site web du Département de l’Education Publique (DIP), mais il n’existe qu’en français, même pas en allemand, italien ou en anglais," admet la Coordinatrice de GAPP.

Une des volontaires impliquées dans ce projet est Madame Ling Perret, une bibliothécaire retraitée qui enseigne le français à l’Université Populaire et l’Université Ouvrière de Genève et qui voulait mettre à profit ses compétences linguistiques. Elle a participé à quatre cours préparant les interprètes à accompagner les migrants. Un de ces cours comprenait le trialogue, la communication entre trois personnes. Un autre atelier comprit la visite d’un centre de réfugiés, avec un briefing expliquant la procédure extrêmement compliquée par laquelle ils doivent passer avant d’être soit acceptés en Suisse, soit renvoyés dans leur pays d’origine.

Madame Perret a décidé de se porter volontaire car, comme elle nous l’a raconté, elle a eu une vie saine et après avoir toujours reçu, elle veut désormais rendre quelque chose en retour. "Quand j’étais enfant, mon père a beaucoup voyagé. Je suis donc allée dans différentes écoles mais il n’a jamais eu beaucoup de temps pour s’occuper du suivi scolaire et ma mère ne parlait pas vraiment bien la langue. Donc, je me retrouvais plusieurs fois à devoir expliquer à mes parents ce que mon école voulait et cela ne me semblait pas correct. Je veux dire, il me semblait que le dialogue aurait dû avoir lieu entre mes parents et l’enseignant et non pas à travers moi, l’élève. Je n’étais qu’une enfant. J’ai toujours gardé ce souvenir en tête."

Ce sont des volontaires comme Madame Ling Perret qui aident les familles migrantes nouvellement arrivées à faire la transition dans leur nouvel environnement. Si vous aimeriez aider et soutenir MigraLingua et ICV dans nos efforts constants, veuillez remplir notre formulaire d’inscription général (si vous ne l’avez pas encore fait) et envoyer un email à migralingua[at]icvolunteers.org.

Plus d'informations

  • Voix au Chapitre. Rapport sur l’accompagnement linguistique des migrants non-francophones à Genève (synthèse), septembre 2008, FrançaisEnglish.

  • Parla Amb Mi, Parla Aqui. Rapport sur la situation linguistique des migrants à Barcelone, juillet 2007, Català, English, Français.
©1998-2019 ICVolunteers|conception + programmation mcart group|Mis à jour: 2019-01-28 10:52 GMT|Notre politique|