De nulle part

By V. Krebs, Excutive Director of ICVolunteers, traducción española Miguel Ortiz
27 avril 2009

Tokyo, 19 avril 2009 -- il était tard, je revenais de Taipei. J'avais une adresse d'un hôtel pré-réservé au centre de la capitale japonaise tout près de la station de trains "Ueno". En poche, la page web de cet hôtel sans plan, ni indications précises. Puis, le plan de la station n’était qu’en japonais. Il était passé 22h00. J'étais seule, avec mes bagages bien trop lourds. J’étais fatiguée.

Alors, j’ai pris mon tĂ©lĂ©phone et appelai l'hĂ´tel pour demander mon chemin, mais la personne Ă  l'autre bout du fil ne comprenait pas ce que je lui demandai... Alors... dĂ©couragĂ©e je raccrochai au bout de quelques instants :  "arigato, argato"…What next?

Je suis allé vers le seul bureau de tabac ouvert. Dans ma main, l’adresse de l’hôtel, une feuille froissée d’avoir trop voyagé et posai encore et toujours la même question… D’abord quelques instants d’incompréhension, puis une volonté d’aider l’étrangère perdue que j’étais. L’un des employés partit avec ma feuille pour consulter le plan à l’extérieur. Au bout de quelques instants, je le suivis.

Tout d’un coup, une voix d’homme, dans un parfait anglais, me demanda: "can I help you?" Un peu méfiante, je regardai en direction de cette voix. Elle qui avait surgi de nulle part, à qui pouvait-elle bien appartenir? Le vendeur du magasin de tabac et l’inconnu continuèrent à consulter le plan, puis la voix à l’accent américain me dit "l’hôtel n’est pas loin, c’est juste un peu compliqué pour y arriver… mais ne vous inquiétez pas, je vous y amènerai".

En temps normal, je n’aurais peut-être pas accepté cette aimable offre, mais le cas échéant, j’étais bien heureuse d’avoir quelqu’un disposé à m’aider. Sur le chemin, l’inconnu m’expliqua qu’il était poète. Il me raconta qu’il avait visité le monde, de l’Afghanistan à l’Europe, en passant par la Russie et les Etats-Unis, mais que le pays de sa destinée était le Japon.

Il soupira et dit: "avec la crise, les temps sont durs pour un poète comme moi". Puis après une pause, il compléta "c’est ici chez moi, je réside à la gare maintenant". Il prononça ces mots avec simplicité et dignité. Je me suis dit: "me voilà au centre de Tokyo"… deux inconnus dans la nuit, un échange de quelques paroles hâtives, mais qui disent tant sur notre société mondiale, les valeurs domainantes, la course à la consommation et ceux qui arrivent à la suivre, puis les autres, parfois face aux rudes réaltiés de l’existence…

Une fois arrivée à notre destination, je lui donnai quelques pièces pour ses services bien appréciés. Il sortit un petit écrit photocopié, avec des poèmes en français et une adresse au dos: www.hideoasano.com .

Allez-y voir le site. L’inconnu s’appelle Hideo Asano. Il écrit de magnifiques poèmes… et il cherche un éditeur.

Les chemins se croisent parfois, des rencontres se font, "par hasard" comme on dit. Je sais que ce moment, passé avec le poète, restera gravé dans ma mémoire. Des chemins, des vies, des destins et nous tous pouvons un jour être dans des situations que nous n'aurions jamais imaginées.

©1998-2019 ICVolunteers|conception + programmation mcart group|Mis Ă  jour: 2019-01-28 10:52 GMT|Notre politique|